Travail

Le travail : définition

Le travail est définit par: des contractions régulières et douloureuses et une dilatation cervicale à 3cm. C’est à partir de cette dilatation qu’il est classiquement possible de poser une analgésie péridurale pour les patientes qui le souhaitent.

Dans certains cas l’analgésie péridurale est fortement conseillée voire obligatoire (utérus cicatriciel, bébé en siège, grossesse gémellaire…).

La perfusion

Durant le travail, si la patiente souhaite une analgésie péridurale il est nécessaire qu’une perfusion soit en place. En effet certains des médicaments administrés pour soulager la douleur peuvent entrainer une baisse de la tension artérielle et par conséquent une moins bonne vascularisation du bébé. Ainsi dans cette situation, la perfusion en place va nous permettre d’administrer un traitement pour faire remonter la tension artérielle.

Pour des raisons de sécurité la mise en place de la perfusion est également nécessaire pour l’accouchement et le post partum immédiat qu’il y ait ou pas une analgésie péridurale. Un des risques le plus important de l’accouchement est l’hémorragie de la délivrance. Ainsi en prévention de ce risque, il est de façon protocolaire administré en intra veineuse de l’ocytocine au moment de la naissance afin de favoriser la délivrance du placenta et après la délivrance afin de provoquer des contractions utérines pour aider l’utérus à prendre la forme initiale.

Les phases du travail

Le travail comprend deux phases qui se déroulent classiquement de façon assez concomitantes : la dilation du col de l’utérus et la descente du bébé dans le bassin.

Classiquement pour un premier bébé le col se dilate d’environ un centimètre par heure. Dans certains cas cette dilatation peut être plus ou moins longue.Le travail dure donc plusieurs heures, ne craignez pas vraiment d’accoucher à domicile surtout pour un premier !

On distingue la phase de latence jusqu’à 5 centimètres de dilatation, et la phase active du travail jusqu’à dilatation complète.

Une fois le col dilaté à 10 cm l’engagement du bébé dans le bassin peut prendre plusieurs heures. En fonction des protocoles de service, on attend entre 2 ou 3 heures à 10cm que la présentation fœtale s’engage dans le bassin avant de s’installer pour le début des efforts expulsifs.

Au cours du  travail la sage femme réalise un examen du col toutes les heures à partir de 5 cm afin de suivre l’évolution de la dilatation. A partir de cette dilatation le rythme cardiaque fœtal est enregistré de façon continue afin de prévenir une mauvaise tolérance du bébé aux contractions utérines.

Pour les patientes bénéficiant d’une analgésie péridurale il est réalisé un sondage évacuateur aller/retour de façon régulière pendant le travail, le reflex de miction spontané étant diminué par l’analgésie. Rassurez-vous, avec la péridurale, vous ne sentez pas la sonde urinaire.

Antibioprophylaxie

Au cours du 3ème trimestre il est réalisé un prélèvement vaginal à la recherche d’un germe appelé le streptocoque B. Ce germe peut provoquer des infections materno fœtales. Ainsi en prévention de ce risque, en cas de portage ou d’antécédent de portage de ce germe il est réalisé une antibio prophylaxie à la rupture de la poche des eaux et pendant le travail.

Pendant le travail, au-delà de 12 heures de rupture de la poche des eaux le risque d’infection fœtale est accru de par l’ouverture prolongée de celle-ci. Ainsi à partir de 12 heures et jusqu’à l’accouchement il est réalisé une antibio prophylaxie chez ces patientes.

Alimentation pendant le travail

Au cours du travail il est interdit de manger à cause du risque d’inhalation bronchique du liquide gastrique, notamment pendant l’anesthésie générale.

Il est autorisé de boire des petites quantités d’eau ou de jus de fruits au cours du travail.

Par ailleurs en plus de la raison de sécurité, l’absence d’alimentation pendant le travail  permet un meilleur confort pour les patientes, les contractions utérines pouvant provoquer des signes digestifs tels que des nausées ou des vomissements.

Prise en charge de la douleur pendant le travail

Dans certaines situations l’analgésie péridurale est recommandée notamment pour un accouchement du siège, une grossesse gémellaire, un utérus cicatriciel ou encore une suspicion de macrosomie fœtale.

Dans certaines situations l’analgésie péridurale est contre indiquée, comme par exemple une thrombopénie inférieure à 80000 ou encore une dilatation trop avancée ne permettant pas à la patiente de rester immobile pendant la pose.

Il existe certaines alternatives comme le MEOPA (mélange d’oxygène et de protoxyde d’azote) pour les patientes ne souhaitant pas ou ne pouvant pas avoir une analgésie péridurale.

Dans les situations contre indiquant l’analgésie péridurale, il est possible de mettre en place une analgésie péridurale auto controlée par le patient (PCEA). Il  s’agit d’un même système d’administration de morphine mais par voie péridurale (cathéter de péridurale).

Puis-je bouger pendant le travail ?

Il est possible de se mobiliser tant que la péridurale n’est pas posée. Ballon, marche, escaliers, bain, tout est bon à prendre ! La respiration est indispensable pour vous aider à gérer la douleur des contractions et bien oxygéner bébé. En revanche, une fois la péridurale posée, vous ne pouvez plus vous lever du lit. Certains établissements proposent une péridurale déambulatoire, ce n’est néanmoins pas la majorité des cas. Vous pouvez cependant continuer à vous mobiliser dans le lit, en adoptant des postures sur le côté ou à quatre pattes.

Inscrivez-vous à notre newsletter
GRATUITEMENT
Connectez-vous à votre santé !
NOUS REJOINDRE !
close-link
fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench